Bienvenue sur Encyclodocs
Dimanche 21 Octobre
il est 15:12

Recherche

Le TOP 10 des documents
en ligne

1 Modèle de Manuel Qualité ISO 9001 version 2008
2 Lettre Type de Proposition de Partenariat Commercial
3 Formulaire - Grille de Diagnostic ISO 9001 2008
4 Formation - La Norme ISO 9001 version 2008
5 Formulaire - Fiche de Prêt de Véhicule
6 Procédure - Gestion des Non-Conformités
7 Processus - Commercial
8 Modèle de Cartographie des Processus
9 Dissertation - La Libre Administration des Collectivités Territoriales
10 Formulaire - Support d'Audit Interne

Le saviez vous ?
Encyclodocs cest
8380 documents tlchargeables

Proposez vos documents et gagnez de largent
Les derniers documents
en ligne

17/11 Cours - Economie Générale
17/11 Dossier - La Distribution : Le Merchandising
17/11 Exposé - La Communication Stratégique
17/11 Exposé - L'Ethique des Affaires
17/11 Exposé - L'Economie Monétaire et Internationale
17/11 Dossier - Circuit R-L Série : Expérimentations
17/11 Cours - Le Marketing
17/11 Dossier - Comprendre le Comportement du Consommateur
17/11 Cours - Comprendre et Développer votre Force de Vente
17/11 Exposé - Publicité et Relations Publiques

Tlchargez tout de suite ce document
3.60 €

Dissertation - A quoi sert l’Utilité ?

> Philosophie > Dissertations
Date de cration : 29 Mai 2011
Nb de pages : 12
Type de document : Document Word
Affichage de la fiche : 1 861 fois
Dtails :

Introduction

I) L'affranchissement du concept d'utile

A. Tentative de définition
B. L'affranchissement vis-à-vis de l'esthétique
C. L'affranchissement vis-à-vis de la connaissance

II) La pathologie moderne d'une finalité sans fin

A. Une humanité déshumanisée
B. Un esclavagé prisé
C. Le fantasme de la maîtrise absolue

III) Redonner à l'utile une valeur ontologique

A. La solution artistique: un regard contemplatif sur la technique
B. L'émotion face à la mathématisation
C. Le perfectionnement de l'homme comme fin à l'utile

Conclusion

Description :

« A quoi sert l’utilité ? », se demande Lessing ; loin d’être une stérile tautologie, la question met en lumière la difficulté pour le concept d’utile de se définir par lui-même. C’est qu’il n’y a que d’utile à quelqu’un en vue de quelque chose ! Le terme se dit ainsi d’une chose prise comme moyen en vue d’une fin, semble-t-il ; il émane du jugement d’une intelligence qui a mis au jour puis parcouru à rebours une chaîne causale, et jugé l’objet en question pertinent en tant que médiation. Mais ces réflexions préliminaires se heurtent bien vite à la réalité actuelle : de fait, force est de constater que l’utile est aujourd’hui perçu comme une fin en soi. Intimement lié à l’un de nos thèmes d’étude, la technique, il gouverne de manière despotique nos préoccupations quotidiennes. Les « révolutions industrielles » des XIXè et XXè siècles ont en effet ouvert la voie aux mythes des sociétés d’abondance, pour lesquelles les constants progrès techniques ne servent plus la survie de l’espèce mais le confort du particulier. Voulue pour elle-même, la technique s’est ainsi progressivement émancipée de nos deux autres thèmes de réflexion – l’art et la science ; en d’autres termes, l’utile s’est affranchi du souci du beau et de la connaissance. Cette autonomie moderne du concept ne nous aide en rien dans notre essaie de définition ; tout au contraire, la poursuite effrénée et aveugle d’un moyen se présente comme un non-sens logique. L’erreur é&tant plus que communément répandue, nous pouvons juger si les conséquences vont être funestes pour qui cherche à penser ses actes, à leur conférer un sens ; ainsi, notre réflexion aura l’apparence d’un diagnostic de la pensée moderne. Or il ne s’agit pas de fournir une critique stérile, mais bien de redonner du sens à un concept qui en est dépourvu, et ceci à l’aune de la situation contemporaine. A cet égard, ne pourrions-nous pas penser que la modernité ayant fait d’une caractéristique relative une « finalité sans fin » (en ayant abstrait l’utile de la chaîne causale qui le légitimait), nous sommes forcés de conférer à celui-ci une portée ontologique afin d’éviter l’effet destructeur du non-sens ? Nous observerons tout d’abord l’affranchissement progressif du concept d’utile, notamment des activités artistiques et scientifiques. Cela nous mènera à dresser une véritable pathologie moderne d’une finalité sans fin, c’est-à-dire les conséquences de l’impossible définition de l’utile aujourd’hui. Il faudra donc enfin s’efforcer de remédier à l’indépendance absolue de cette valeur vide, en subordonnant cette dernière à l’activité contemplative.


Envoyer cette fiche un ami

Acheter par carte bancaire Acheter par audiopass ou SMS



Acheter ce document et le tlcharger
>> Prix de vente TTC : 3.60 € <<
Pour accder ce contenu,
il vous faut 2 codes d'accs.

Pour savoir comment obtenir un code, cliquez sur le drapeau de votre pays :





Votre navigateur doit accepter les cookies
Cookies have to be enabled on your browser
Entrez les codes d'accs
n1
n2

©2016 Copyright international www.encyclodocs.com - Tous droits réservés pour tous pays - All rights reserved worldwide - CNIL n°1351821 - Abonnez vous au flux RSS